grenoble-snpden.net

 Tout d’abord nous saluons et remercions nos collègues d’Aix-Marseille pour la préparation de ce congrès ainsi que l’ensemble des membres du bureau national.
Nous étions, trois ans en arrière à Lille le soir de l’élection du nouveau président de la République. Force est de constater que cet évènement a suscité des espoirs et que nos attentes demeurent aujourd’hui encore fortes.
Notre organisation syndicale a apporté son soutien :
- Aux créations de postes,
- A la refonte du statut des personnels,
- A la réforme du collège,
- A la mise en oeuvre des contrats d’objectifs tripartites.

Notre soutien est clair, toutefois, ne faisons pas l'économie de critiques constructives et d’une réelle vigilance sur notre métier, notre propre statut.
Notre soutien ne doit pas ignorer les réalités du terrain, le quotidien des élèves, les partenaires et bien évidemment, les personnels de direction que nous représentons.


La réforme des collèges doit aller à son terme sans être dénaturée. Nous suggérons d’y intégrer la question de l’évaluation des élèves et de l’assouplissement structurel des parcours scolaires.
Apprenons à travailler pour tous, dans un collège adapté à chacun.


Nous souhaitons pouvoir mettre en oeuvre un véritable pilotage fondé sur un management participatif et bienveillant, dans l'objectif de créer les conditions d'une autonomie au service de nos élèves.


La réforme des statuts des enseignants a manqué d’audace, oubliant même certains d’entre eux. Que dire de leur évaluation qui doit être réellement repensée et nous permettre d’assumer pleinement nos responsabilités de cadres.


Par ailleurs, les contrats d’objectifs tripartites ont été largement édulcorés et trop peu investis par les conseils régionaux. A Grenoble, notre déception est grande.


Nos conditions de travail au quotidien ne cessent de se dégrader. Nous sommes victimes d’injonctions de plus en plus paradoxales et pesantes. Notre charge de travail ne cesse de s’alourdir. Loin d’être considérés comme des cadres autonomes et responsables, notre hiérarchie au plus haut niveau nous a même ramenés au rang de « simples opérateurs ».


Nous déplorons toujours le manque cruel de personnels administratifs et de maintenance informatique.


Nous réaffirmons notre souhait d’une revalorisation significative de la rémunération des personnels de direction particulièrement en début de carrière. Nous ne pouvons nous satisfaire de l’IF2R.


En conclusion, le SNPDEN doit tout mettre en œuvre pour que les personnels de direction soient effectivement reconnus comme cadres responsables, forts de l’expertise qu’ils peuvent apporter sur l’ensemble du second degré dans toute sa diversité.

Jean Marie Lasserre
Secrétaire Académique

SNPDEN UNSA Grenoble

IMG 20150519 091035